Samedi 27 et Dimanche 28 septembre 2003

 

Voir les photos de l'évènement
 
Au programme :

- découverte de la République Tchèque,
- exposition sur les richesses de 18 châteaux de Moravie ouverts au public
- animations (musiciens et escrimeurs)
- visite du château de Condé sur le thème de l'Europe
- exposition sur les plus beaux dessins des enfants ayant visité le château de Condé en 2002/2003

Parmi les pays historiques du Royaume de Bohême qui composent l'actuelle République Tchèque, la Bohême et la Moravie ont vécu dans un Etat commun depuis le XIe. siècle.
Bien que la Moravie soit moins vaste que la Bohême, la concentration des monuments historiques y est particulièrement importante. Ainsi, l'Institut d'Etat du Patrimoine à Brno gère (une trentaine) de châteaux rien qu'en Moravie du Sud. Il faut y ajouter plusieurs châteaux privés qui ont été rendus aux familles aristocratiques qui en étaient propriétaires avant l'époque communiste, tels les châteaux de Boskovice et de Zdar. Tous ces châteaux sont ouverts au public.
Ces châteaux offrent un large panorama architectural s'étendant du Moyen Age au XIXe. siècle. A cela s'ajoute la richesse exceptionnelle des collections qu'ils renferment (tableaux de maîtres, mobilier, collections d'armes, cabinets de curiosités) et qui est paradoxalement méconnue. Ce patrimoine unique mérite amplement d'être présenté plus largement. Tel est le but de cette exposition.

Le Château de Condé est heureux d'accueillir cette très belle exposition et de célébrer des liens d'amitiés franco-tchèques particulièrement fort en ce lieu depuis cinq siècles.
En effet le Prince de Condé, Chef du Parti Protestant, admirait les pensées et le courage de
Jean Hüss, aujourd'hui encore, une rue du village porte son nom et comment ne pas évoquer le Prince Eugène de Savoie qui empêcha les turcs de passer le Danube et vécu toute son enfance au château de Condé. Aymeri Pasté de Rochefort et Jan Palecek sont heureux de poursuivre cette longue tradition.
Tout comme la Moravie du Sud, le Sud de l'Aisne, idéalement située entre Paris et Reims est une région d'une richesse touristique insoupçonnée et encore trop méconnue. Cette exposition permettra au public français de découvrir la Tchéquie et
ses superbes châteaux Moraves en espérant que nos amis tchèques viendront découvrir à leur tour notre belle région lors de leur passage en France.

Pour vos voyages en République Tchèque nous vous recommandons :

Green & Gold
agence de voyages
Jan Palecek (Directeur)
Dr. ochoz 24
140 00 Praha 4 République Tchèque
tel : 00 420 / 261 223 466 fax : 00 420 / 261 223 473
palecek@greengold.cz
 

Liste et descriptif des châteaux moraves présentés lors de l'exposition :

 Bítov
Bítov est l'un des châteaux forts les plus anciens et les plus romantiques de la République tchèque. Son emplacement est unique. Construit sur un éperon rocheux dans le cañon pittoresque de la Suisse morave, cerné sur trois côtés par la rivière Zeletavka, non loin de sa confluence avec la Dyje, il se reflète aujourd'hui dans les eaux du barrage de Vranov.
Château fort des Premyslides, à l'origine en bois, il fut reconstruit en pierre vers 1220-1230 par les seigneurs de Lichtenburg qui le possédèrent jusqu'en 1576. Vers 1334 furent élevés : le noyau de l'actuelle chapelle de l'Assomption de la Vierge, la résidence actuelle, les deux tours d'entrée, le mur de pignon et l'aile sud. C'est au tournant de la Renaissance et du baroque, que Bítov acquit l'aspect horizontal que nous lui connaissons avec, comme seule verticale, la haute tour de guet.
À partir de 1755, le château appartint à la famille des Daun. Fort dégradé, il fut reconstruit en style néogothique durant la première moitié du XIXe siècle par František de Daun et son fils Jindich. Ce style néogothique domine, notamment dans les intérieurs du logis renfermant de remarquables collections de peintures en trompe-l'œil, dans plus de vingt salles qui, avec stucs, pierre, bois et mobilier évoquent la vision idéale d'une résidence de chevaliers.
La magie particulière de Bítov est soulignée par de nombreuses collections zoologiques rappelant la passion de son dernier propriétaire, le baron Haas, et par son célèbre zoo jardin.

E-mail : bitov@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Bucovice
Perle morave de la Renaissance, le château de Bucovice fut construit par le dernier descendant d'une ancienne famille, Jan Šembera de Boskovice.
Il conçut le château comme un vaste ensemble délimité par un mur flanqué de bastions aux angles et entouré d'un fossé, originellement rempli d'eau. Le jardin à la française en constitue aussi une partie importante. Un des attraits du château de Bucovice réside dans ses somptueux salons décorés de stucs et d'ornements peints évoquant des symboles, des personnages et des épisodes de l'histoire ancienne ou de la mythologie antique. Les peintures du plafond dans le Salon du lièvre évoquent le monde inversé où les animaux parodient le comportement humain.
La voûte de la chapelle, achevée en 1637, est décorée par les scènes de la vie de la Vierge et du Christ.
La cour à arcades est dominée par une fontaine maniériste (datée de 1635) surmontée d'une statue de Bacchus.
Les bâtiments, tout comme leur aménagement intérieur, sont l'œuvre de Jacopo Strada, artiste polyvalent, actif dans les cours impériales de Vienne et de Prague. Il fit venir à Bucovice des artistes italiens ou formés en Italie.
À la mort de Jan Šembera, homme fort cultivé et grand amateur d'art, en 1597, le château échut à sa fille Catherine, mariée à Maximilien de Liechtenstein. Durant la lignée des Liechtenstein, il devint une résidence de second ordre et ne servit plus que comme centre d'intendance. C'est sans doute ce qui lui valut de ne pas être reconstruit et de pouvoir encore aujourd'hui nous montrer le charme et la fraîcheur Renaissance conservée en ses murs.

E-mail : bucovice@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Buchlov
Fondé par le roi tchèque durant la première moitié du XIIIe siècle, ce château fut une forteresse défensive stratégique et un centre d'intendance doté de pouvoirs juridiques spécifiques et du droit de chasse. À l'origine, le château n'était composé que de deux tours de défense, d'un corps de logis et de la chapelle. Celle-ci fut construite dans les années 1280 par une confrérie pragoise de tailleurs de pierre; elle s'inspire de la Sainte Chapelle du château royal de Paris. Même si le roi posséda le château jusqu'au XVIe siècle, il le mit souvent en gage à diverses familles nobles.
Vers la fin du XVe siècle, les seigneurs de Cimburk qui détenaient le château, firent construire la salle d'apparat des chevaliers en style gothique tardif. À partir de 1511, et jusqu'au XVIIIe siècle, le château fut respectivement propriété des familles nobles moraves de Žerotín, Zastrizly et Petrvald. Il fut encore partiellement réaménagé en styles Renaissance et baroque mais, après l'achèvement du château de Buchlovice en 1701, les propriétaires le quittèrent définitivement en 1751 et Buchlov ne fut plus transformé. Ses derniers propriétaires, à partir de 1800, furent les comtes Berchtold d' Uhercice, les demi-frères Leopold Ier et Friedrich. Les deux rationalistes fondèrent un musée familial qu'ils ouvrirent au public dès la première moitié du XIXe siècle.
L'exposition actuelle consacrée à l'évolution du logis du XVe au XIXe siècle présente également de précieuses collections de sciences naturelles ainsi qu'une grande bibliothèque.
On peut compléter la visite du château par celle des tombeaux des propriétaires inhumés dans la chapelle Ste Barbe.

E-mail : hradbuchlov@cmail.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Buchlovice
Château baroque construit vers 1700 et rappelant une villa italienne par son architecture et sa disposition, il est composé de deux bâtiments indépendants semi-circulaires avec leurs cours d'honneur : le bâtiment de résidence dit du " bas " et celui du "haut bourg " surnommé Flóra. Ce somptueux ensemble fut construit probablement selon les plans de l'architecte Domenico Martinelli. Après son départ en Italie en 1705, les travaux furent probablement achevés par l'architecte morave Moric Grimm. L'aménagement intérieur richement décoré de stucs et de statues fut conçu par Baldassare Fontana. À la fin du XIXe et au début du XXe siècles, l'architecte D. Fey reconstruisit le château, avec beaucoup de sensibilité, comme le siège représentatif de Leopold Berchtold, diplomate de l'Empire austro-hongrois.
Le château et le parc furent enrichis de statues et d'autres éléments architecturaux. Au jardin, originellement baroque (de style italien avec terrasses), on ajouta au début du XIXe siècle un vaste parc anglais avec de nombreuses espèces rares, tant du pays que de l'étranger. Actuellement, il représente un des arboretums les plus importants du pays.
Au fond du parc, des serres abritent une grande collection de fuchsias qui font la gloire des jardiniers de Buchlovice.

http://www.pamatkybrno.cz

 

 Jaromerice nad Rokytnou
Le vaste complexe de bâtiments du château relève des architectures les plus monumentales de la première moitié du XVIIIe siècle, non seulement des pays tchèques mais aussi d'Europe.
Vers la fin du XVIe siècle, la fortification médiévale fut convertie en château Renaissance dont les murs sont parvenus jusqu'à nous. Les Questenberg, seigneurs des lieux de 1700 à 1737, lui donnèrent son aspect baroque et firent réaliser de grandes transformations selon les plans de l'important architecte autrichien J. Prandtauer. Fut également aménagé un jardin à la française qui s'augmenta ultérieurement, sur l'autre rive de la Rokytná, d'un vaste parc à l'anglaise.
Aux temps de sa plus grande gloire, Jaromerice était un centre de la vie culturelle avec une grande bibliothèque, une galerie de peinture, un théâtre et un orchestre attitré. Son chef, le compositeur tchèque František Václav Míca, écrivit le premier opéra tchèque intitulé " Sur la fondation de la ville de Jaromerice " suite à la demande de Jan Adam d'Questenberg, homme érudit et rationaliste.
Les intérieurs du château évoquent le mode de vie baroque et l'habitat du XIXe siècle. Les collections comptent de nombreux instruments de musique et documentent aussi l'intense activité culturelle du château. À proximité, l'église paroissiale Ste Marguerite complète, avec le château, un des plus grands ensembles de l'architecture baroque.

E-mail : zamek_jaromerice@wo.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Kromeríz
La figure de Bruno de Schauenberg qui, par son érudition et son importance, dépassait tous les horizons du XIIIe siècle, est étroitement liée à l'origine du siège épiscopal et archiépiscopal d'Olomouc. Ses contacts lui permirent de faire de Kromeríz la résidence d'été des évêques et le centre administratif de diocèse. Au XVIe siècle, la forteresse de Bruno fut transformée en château Renaissance et sérieusement endommagée pendant la guerre de Trente ans. Ce ne fut que dans les années 1660 que l'évêque Charles II de Liechtenstein-Kastelkorn le réaménagea pour créer un ensemble remarquable comprenant les bâtiments du château, les jardins et l'Hôtel de la Monnaie et donna, également, un aspect somptueux aux nombreux hôtes de la ville.
Systématiquement, évêques et archevêques fondaient une bibliothèque, collectionnaient les objets d'art, les pièces de monnaie et, notamment, les tableaux. Grâce à cette activité, le musée abrite aujourd'hui des œuvres de Lucas Cranach l'Ancien, Albrecht Dürer, Titien, Véronèse, van Dyck ou Breughel. En 1998, le château et les jardins de l'archevêché furent inscrits au patrimoine naturel et culturel de l'UNESCO.

E-mail : zamek@azz.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 
 Lednice
L'aspect actuel du château résulte du remaniement réalisé dans les années 1846-1858 dans le style néogothique anglais par l'architecte Jirí Wingelmüller. Les périodes baroque et antérieure ne sont plus connues que par des plans et des gravures. Le seul témoin de la forme baroque est la salle du manège qui date de la fin du XVIIe siècle et est l'œuvre de l'architecte J. B. Fischer von Erlach.
Dans les pièces d'apparat du rez-de-chaussée, accessibles aux visiteurs, on remarquera les riches sculptures sur bois décorant les murs ainsi que les plafonds à caissons. Les parquets incrustés de différentes espèces de bois ainsi que d'autres décorations subtiles témoignent de l'exceptionnel savoir-faire des artisans et du raffinement du goût. Chaque endroit, chaque détail respire la présence des nobles d'autrefois. La visite continue au premier étage avec les appartements qu'habita, jusqu'à sa mort en 1881, la comtesse Françoise de Liechtenstein, née Kinsky, mère de huit princesses et de deux princes, veuve de Alois II, comte de Liechtenstein, auteur de la dernière transformation du château en style romantique néogothique. À côté de leurs salons privés sont également accessibles aux visiteurs la salle chinoise, les chambres d'hôtes pour membres de la famille et les visiteurs de marque.
À l'est du château, dans les années 1843-1845, P. H. Desvignes construisit un grand jardin d'hiver qui fut restauré pour se présenter aux visiteurs dans sa plus grande beauté.
Un jardin à la française et un vaste parc paysagé avec de nombreux bâtiments romantiques et avec une serre créent un cadre parfait du château. Parmi les bâtiments ci-dessus, il convient de mentionner le minaret, monument unique érigé en style mauresque par Joseph Hardtmuth en 1797-1804.
E-mail : szlednice@iol.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Lysice
L'histoire de la construction du château de Lysice est inhabituellement riche et remarquable. La forteresse d'eau primitive fut transformée en château Renaissance et, dans les années 1730, en résidence baroque, dont le témoin actuel est la façade d'entrée. La reconstruction baroque était probablement l'œuvre de Moric Grimm, architecte de Brno.
Au début du XIXe siècle, le château appartint à la famille Dubský, derniers propriétaires nobles, qui lui donna son aspect de résidence familiale conservé jusqu'à nos jours, jusque dans les intérieurs des deux étages. Nous pouvons y admirer une collection de verrerie tchèque et d'art oriental. Le fond d'armes réunit des pièces européennes de la fin du Moyen Âge à la Grande Guerre ainsi que des armes japonaises et des cibles peintes à main datant de la première moitié du XIXe siècle.
Le château compte trois bibliothèques dont une est consacrée à la femme écrivain autrichienne Marie Ebner von Eschenbach, née comtesse Dubský et dont l'importance artistique est comparable à celle de Božena Nemcová, femme écrivain tchèque de renommée nationale.
Sont également accessibles aux visiteurs le jardin du château avec la colonnade, la salla terrena et l'orangerie nouvellement restaurée.

E-mail : szlysice@bosnet.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Milotice
Sur les fondations de la forteresse médiévale, Ludvík Tovar von Enzefeld construisit dans les années 1580 un château à quatre ailes dans le style de la Renaissance tardive. Dès le début du XVIIe siècle, le château ne servit plus de résidence aux seigneurs. Cette situation persista jusque dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, quand Milotice devint la propriété de la famille Serényi, d'origine hongroise. L'essor du château ne commença qu'au XVIIIe siècle, quand Charles Antoine Serényi, conseiller des services secrets autrichiens, accompagné de son épouse Marie Thérèse de Šternberk, s'y installèrent en 1716 et commencèrent à aménager leur résidence pour y manifester l'ambition de leur famille et l'importance de leurs relations avec les Habsbourg. L'aspect actuel du château baroque, le pont d'entrée, l'aile est avec la salla terrena, le bâtiment principal à deux étages ainsi que les intérieurs richement décorés de stucs, de statues et de fresques témoignent du succès des projets réalisés par Charles Antoine.
La visite présente l'évolution des intérieurs du XVIIe au XIXe siècles avec des objets, des décors et des tableaux d'une remarquable qualité artistique.
Le château est entouré du jardin d'agrément avec un bassin et un verger. Devant la façade est s'étend un vaste parc avec des allées d'arbres et une feuillée de charmes façonnée depuis la fin du XVIIIe siècle. Au nord du parc se situe une faisanderie.

E-mail : zamek.milotice@cmail.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Námešt nad Oslavou
Ce château Renaissance fut érigé en 1565-1578 sur l'emplacement de l'ancien château fort du XIIIe siècle. Si l'on en ignore toujours l'auteur, les statues sont l'ouvrage de Georges Gialdi. À cette époque, Námešt était la propriété de l'importante famille morave de Žerotín qui en fit un pôle de la vie culturelle et sociale de Moravie. Les frères moraves y instaurèrent leur centre et, à partir de 1578, une imprimerie non loin du village de Kralice. Dans la période qui suivit la bataille de la Montagne-Blanche, plusieurs propriétaires se succédèrent à Námešt. Les Haugwic, qui l'acquirent en 1752, restèrent jusqu'au 1945.
En 1946, le château fut remanié pour devenir la résidence du président tchécoslovaque. C'est de cette période que date le bureau du président Edvard Beneš.
Au premier étage du château est installée une exposition de tapisseries provenant de différentes manufactures de la première moitié du XVIe jusqu'à la moitié du XIXe siècles. Parmi les plus précieuses, on retiendra les tapisseries françaises et belges. La riche bibliothèque abrite des volumes fort anciens ; ses voûtes sont décorées de stucs et de fresques peintes par l'important artiste italien Carpophoro Tencalla. La cour, entourée d'arcades Renaissance, est occupée, au milieu, par la fontaine Neptune. Le parc à l'anglaise offre une vue splendide sur la ville et la vallée de la rivière Oslava.

E-mail : zamek.namest@telecom.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Nový Hrádek u Lukova
Les prémontrés du monastère de Louka près de Znojmo sont les premiers propriétaires historiquement attestés à Nový Hrádek et dans les villages avoisinants. En 1358, le site fut acquis par le margrave morave Jan Jindrich, frère de l'empereur Charles IV, qui y fit construire un petit relais de chasse. À sa mort, le domaine fut repris successivement par les Einzinger, les Krajír de Krajek, les Althann et, au XIXe siècle, par les familles polonaises Mniszek et Stadnicky.
L'espace actuel comprend les ruines de deux châteaux forts : le plus ancien, comprenant une aile d'habitation et deux enceintes et, le plus récent, érigé progressivement à partir du XVe siècle sur les remparts primitifs.
L'édification de Nový Hrádek fut tourmentée par la guerre de Trente ans. En 1645, il fut pris et ruiné par les Suédois. La partie la plus ancienne resta en ruines, tandis que l'autre partie servit de résidence d'été et de relais de chasse aux nobles propriétaires.
Le paysage accidenté et richement boisé qui s'étend autour de Nový Hrádek est déclarée zone protégée du Parc national de Podyjí. Le château surplombe une impressionnante déclivité descendant vers la vallée tracée par la rivière Dyje. La flore et la faune préservent la rare molène, différentes espèces d'orpin, mais également le capricorne géant, le héron cendré, la cigogne noire ou la couleuvre d'Esculape atteignant la taille de deux mètres.

E-mail : vranov@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Pernštejn
Ce château fort, construit vers le milieu du XIIIe siècle, berceau de la puissante famille des seigneurs de Pernštejn, fut progressivement remanié et élargi jusqu'au milieu du XVIe siècle. Sa disposition primitive, simple, se perd dans une série de transformations ultérieures qui lui donnent un aspect à la fois pittoresque et monumental. Le noyau de la fin du Moyen Âge et de première Renaissance, n'ayant pas été altéré par les aménagements ultérieurs, constitue un rare exemple de forteresse médiévale transformée en luxueux château d'apparat Renaissance ne perdant rien de sa majesté et de sa puissance défensive.
Le premier circuit, un peu fatiguant, permet d'admirer les structures architecturales, de suivre l'histoire de la transformation du château fort originel en forteresse du gothique tardif et en palais Renaissance, baroque, rococo, néoclassique et du XIXe siècle. Ce dernier est retracé par le deuxième circuit présentant les appartements des derniers propriétaires du château, les Mitrowský de Nemyšle,

E-mail : hrad.pernstejn@iol.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Telc
Joyau parmi les châteaux Renaissance de Moravie, il fut conservé grâce à la sensibilité de ses propriétaires, respectueux de l'héritage du passé. Le bon état des intérieurs témoigne de l'influence de l'art italien sur le territoire tchèque et de ses modifications éventuelles au-delà des Alpes.
La forteresse gothique originelle de la deuxième moitié du XIVe siècle fut agrandie cent ans plus tard et remaniée après 1550. L'adjonction Renaissance avec la chapelle de la Toussaint devint le siège grandiose de Zachariáš de Hradec, important noble de Moravie.
Le circuit principal de visite permet d'admirer les somptueuses salles Renaissance et leurs plafonds à caissons.
Le deuxième circuit, ouvert en 1994, permet de visiter les appartements des derniers propriétaires, les Liechtenstein-Podstatzky (qui y vécurent jusqu'en 1945), dans une présentation reconstituant le mode de vie des aristocrates.
La collection de peinture qui présente des tableaux de Jan Zrzavý, peintre tchèque moderne, est précédée d'une galerie à arcades donnant sur un jardin d'agrément à la française. Au-delà des remparts du château s'étend un vaste parc naturel avec une serre néoclassique.

E-mail : zamek-telc@iol.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Valtice
L'aspect actuel du château résulte de la campagne de construction datant de la première moitié du XVIIe siècle, quand la puissante lignée des Liechtenstein parvint à achever ses efforts de transformer Valtice en résidence princière.
Dans la première phase des travaux, sous Karl Eusebius de Liechtenstein, Giovanni Giacomo Tencala projeta d'implanter un château maniériste à proximité du site médiéval originel, détruit plus tard. Après le départ de Tencala, la construction fut achevée par Ondej Erna de Brno et par son fils Jan Ktitel. Vers 1700, Johann Bernhard Fischer von Erlach arriva à Valtice pour baroquiser le château dans son entier. La réalisation du projet fut confié à l'Italien Domenico Martinelli qui, en 1713, commença la construction des deux ailes avant du château, de l'écurie et du manège. Bien que le projet n'ait pas été totalement réalisé, le château est considéré comme une des constructions baroques les plus importantes des pays tchèques. Son jardin originellement baroque fut transformé plus tard en parc paysagé.
L'aménagement actuel des intérieurs tend à évoquer l'ambiance de représentation de cette résidence baroque.

E-mail : valtice@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Vizovice
Le château de Vizovice, petite ville de Valachie, fut construit sur l'emplacement d'un ancien monastère par Herman Hanibal de Blümegen, qui confia les travaux à l'architecte František Antonín, fils de Moric Grimm, constructeur renommé de Brno durant la période du baroque tardif. Sous les Blümegen, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, non seulement la construction du château et l'aménagement du jardin à la française furent achevés, mais une importante collection de peinture fut créée (et complétée plus tard par les Stillfried, propriétaires du château au XIXe siècle).
Les riches intérieurs de styles baroque, rococo et Biedermeier présentent une belle collection de porcelaine d'origines variées ainsi que d'autres curiosités. Les meubles d'origine sont en excellent état de conservation. Parmi les biens les plus précieux du château, il convient de citer les tableaux signés pour la plupart par les maîtres néerlandais et autrichiens.
La chapelle située dans l'aile gauche de château, dont l'intérieur est fort impressionnant, est richement décorée par les statues du sculpteur morave Ondrej Schweigel, dont on retrouve également les œuvres dans le jardin devant le château.

E-mail : zamek.vizovice@volny.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Vranov nad Dyjí
À l'origine, le monumental château baroque de Vranov, est une forteresse dressée au XIe siècle sur un abrupt éperon rocheux surplombant la Dyje, et faisait partie de la ligne de défense de Podyjí. Siège seigneurial au départ, il échoit à différentes familles nobles à partir du XIVe siècle.
Les Althan l'ayant acquis en 1614, le transformèrent en 1687 en somptueuse résidence baroque. Johann Bernhard Fischer von Erlach, remarquable architecte autrichien, fit les projets des parties les plus belles du château, de la chapelle et de la salle des Ancêtre, dont Johann Michael Rotmayr a peint les fresques monumentales. Les statues de l'escalier sont de Lorenzo Mattieli.
Le château fut restauré à grands frais dans les années 1970. La vie cultivée des aristocrates de Vranov, vers 1800, est évoquée dans leurs appartements. Une exposition de céramique présente l'activité de la manufacture locale.
Situé au cœur de la zone strictement protégée du Parc national de Podyjí, le château est entouré d'un parc naturel de grande valeur comptant, en outre, quelques édifices historiques, parmi lesquels il convient de citer les belles ruines médiévales de Nový Hrádek.

E-mail : vranov@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Rájec nad Svitavou
Ce château classique d'inspiration française fut édifié dans les années 1763-1769 par la famille noble des Salm et, selon toute vraisemblance, d'après les projets de l'architecte viennois d'origine française Isidor Caneval. En 1767, le château fut doté d'un jardin, remanié au début du XIXe siècle, en parc naturel paysagé.
En 1811, le château fut cédé en héritage à František Hugo Salm, importante figure de l'histoire tchèque, savant éminent, admirateur et initiateur de la renaissance nationale tchèque.
Le rez-de-chaussée du bâtiment principal présente au public les pièces d'apparat datant de la fin du XVIIIe siècle, partiellement reconstruites durant le dernier quart du XIXe siècle, aussi qu'une vaste bibliothèque Empire.
Au premier étage se tient la galerie de peinture des Salm contenant notamment des originaux et des copies de haute qualité de maîtres hollandais et flamands de même que des toiles du peintre tchèque baroque Jan Kupecký.
Le château est entouré d'un vaste jardin à l'anglaise. Depuis les années 1970, le jardinier de la pépinière s'occupe de la culture et de la sélection des camélias. Les expositions de fleurs dans les magnifiques intérieurs de château sont devenues traditionnelles : celles de camélias vers la fin février et celles de dahlias au sortir de l'été.

E-mail : rajec@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 

 Uherice
La vaste étendue du château, qui évoquait encore dans les années 1990 une ruine condamnée à disparaître, est actuellement en cours de rénovation complète. Pendant les mois d'été les visiteurs peuvent suivre la renaissance progressive du château et de ses alentours immédiats.
L'important ensemble de bâtiments et de paysage fut aménagé sur l'emplacement de la forteresse gothique primitive, dressée vers la fin du XVe siècle par les Krajir de Krajek. Ces derniers la remanièrent plus tard en château Renaissance, dont les traits essentiels sont conservés sur le noyau et les bâtiments entourant la petite cour à arcades sur les colonnes toscanes. L'activité de construction se poursuivit pendant le XVIe siècle ; les nouveaux propriétaires, les Strein de Schwarzenau, firent venir un architecte italien qui construisit le somptueux avant-corps du château avec les pourtours à arcades et la tour d'entrée.
Après la bataille de la Montagne-Blanche, les Strein protestants furent chassés par les Berchtold militant pro-Habsgourg. Le site fut ensuite acquis par les Heissler de Heitersheim qui donnèrent au château son aspect baroque, grâce au talent de Francesco Martinelli. De son côté, Baldassare Fontana assura les très belles décorations en stucs dans la chapelle et dans plus de douze salles d'apparat.
L'actuel aspect romantique du château, en style néoclassique, est dû à ses derniers propriétaires, les Collalt, qui y habitèrent de 1768 à 1945.
Le jardin d'agrément et le vaste parc à l'anglaise doté de plusieurs petites folies romantiques invitent aux promenades. La restauration permettra de les remettre en valeur et de retrouver leur beauté.

E-mail : ehercice@pambr.cz
http://www.pamatkybrno.cz

 
 
Si vous nous appréciez, signez notre Livre d'OR et
Abonnez-vous à notre newsletter pour être informé des nouveautés du site www.chateaudeconde.com
 
Tous vos conseils, aides ou remarques constructives seront les bienvenues
 
contact@chateaudeconde.com
 

château de Condé - façade Sud 

Servandoni

Oudry

Cliquez ici pour une Visite Virtuelle cliquez ici pour la visite virtuelle Cliquez ici pour une Visite Virtuelle